mardi 24 mai 2016

Koumiko d'Anna Dubosc

C'est ce que je préfère dans ma vie, les souvenirs. Le présent, ça me met mal à l'aise, il y a tellement de possibilités, je ne sais pas quoi faire. 

Je vais vous avouer que je ne pensais pas que la maison d'édition Rue des Promenades m'offrirait encore une belle surprise avec ce titre, comme ce fut le cas avec Mathilde est revenue de Grégory Nicolas. J'étais même un peu sceptique et j'ai repoussé la lecture de ce livre parce qu'il s'agit d'une auteure qui écrit sur sa mère. Je ne suis pas fan d'autofiction, comme vous le savez sans doute et pourtant, j'ai été séduite. 
Anne se rend compte que l'état de sa mère, poétesse, décline. Elle se perd régulièrement, ne retrouve plus ses affaires. Anna s'agace de cette mère qui ne semble faire aucun effort et qui n'est d'ailleurs pas toujours très gentille, vit dans l'excès ("plus elle vous aime, plus elle vous haïra"),  mais on sent une profonde tendresse qui s'accroît à mesure que la fille doit prendre sa mère en charge. C'est un livre à la fois touchant et humain mais sans sensiblerie. Pas de longues déclarations à cette mère qui devient un enfant, ce n'est pas utile, on sent la force du sentiment à chaque page. Anna Dubosc réussit un tour de force en nous faisant rire sur le sujet, puis en nous touchant sans jamais verser dans le pathos et en cela, la courte scène où elle retrouve Koumiko emplie de tristesse parce qu'elle vient de lire une lettre lui annonçant la mort de sa mère, alors cette mort a eu lieu quinze ans plus tôt est une réussite. 

Merci aux éditions Rue des Promenades (et merci pour les assistants de lecture). 
A conseiller à toutes celles qui aiment les relations mères-filles. 

10 commentaires:

  1. Le sujet me plait mais je suis sur d'autres univers en ce moment.

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre sur la maladie d'Alzheimer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca pourrait mais non, ce n'est pas de ça dont souffre Koumiko visiblement. Le résultat est le même, ceci-dit.

      Supprimer
  3. Je préférerais découvrir cette auteure avec "le dessin des routes" dont le sujet m'attire bien plus.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis pas très friande de ce genre de sujet, mais ton billet m'intrigue, alors pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas forcément fan non plus mais je me suis laissée séduire.

      Supprimer
  5. Malgré ton enthousiasme pas trop tentée par le sujet...

    RépondreSupprimer

Par le vent pleuré de Ron Rash

Eugène vit dans une petite ville de Floride. Son grand-père y fut le médecin incontournable de toute la ville. Lui cuve désormais sa pein...