mardi 8 décembre 2015

Ce coeur changeant d'Agnès Desarthe

Si vous trouvez votre vie un peu trop monotone, lisez l'histoire de Rose. Vous risquez de vous dire que finalement, la monotonie, ce n'est pas si mal. Née dans une famille bourgeoise au tout début du XXe siècle, elle quitte sa famille à vingt ans pour vivre sa vie à Paris. Elle ne s'est jamais sentie aimée par sa mère et si les sentiments de son père sont plus clairs, il n'est pas aisé de vivre avec cet homme un peu étrange. Une fois arrivée à Paris, elle devient la bonne - ou plutôt l'esclave- d'une tenante de café et envoie des lettres à son père dans laquelle elle s'invente le succès. Ce n'est que le début d'aventures sans fins. Rose passera sa vie à osciller entre opulence et pauvreté. 

Force est de constater que ce roman fait un peu penser à du Zola parce qu'Agnès Desarthe décrit très bien les diverses couches sociales de l'époque. Le style est très classique, peut-être un peu trop. Rose, le personnage principale, m'est apparue comme une femme fallotte qui se laisse bringuebaler par le destin et par les personnages qui l'entourent, sans jamais vraiment maîtriser sa vie, sauf à la toute fin. par contre, le personnage de Louise, sa compagne, est haut en couleur et fait le sel de ce roman. C'est une femme qui brave les convenances, même si elle ne peut le faire que parce qu'elle utilise un homme sans défense pour en avoir les moyens financiers. 

Je ne dirais pas que ce roman est un coup de coeur, loin de là mais j'en ai aimé certains chapitres. Et je le préfère à Mangez-moi, encensé par beaucoup sans que je ne comprenne pourquoi. Comme je n'avais pas aimé le prix Le Monde l'an dernier, je me dis que finalement, je progresse vers une adéquation avec les goûts du Monde. Et puis, pour moi une romancière qui invente des intrigues, elle part déjà avec des points d'avance. 

Prix Le Monde 2015.
L'avis du Bruit des livres pour qui c'est un coup de coeur. Au contraire, Laure est passée totalement à côté. 

EDITEUR : EDITIONS DE L'OLIVIER 
DATE DE PARUTION : 20/08/15 - 335 p.

A conseiller à celles qui aiment les personnages de femmes (les hommes sont tous faibles ici)
Merci à Marjorie qui m'a offert ce roman pour mon anniversaire. 

16 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu cette auteur, mais elle pourrait me plaire si j'en crois ta chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à faire des pronostics concernant ce roman car je sais qu'il a déçu.

      Supprimer
  2. Personnellement, j'avais aimé "mangez-moi". Je l'avais lu comme un livre "doudou" et j'aime bien la cuisine ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Bizarrement, j'ai énormément de mal avec cette auteure...

    RépondreSupprimer
  4. Un style très classique à la Zola ? A choisir, je préfère relire l'original.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pense pas que ce soit un livre qui pourrait me plaire, je veux pourtant découvrir l'auteur un jour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas moi qui te conseillerais Mangez-moi dans ce cas.

      Supprimer
  6. Tiens, c'est l'un des premiers livres que je vais lire pour le prix Terre de paroles.

    RépondreSupprimer
  7. rha ce n'est pas trop pour moi alors...j'ai du mal avec les roman à voix essentiellement féminines, et je dois avouer que j'ai entendu une fois Agnès Desarthes à la radio parler de son livre sur la lecture, et j'ai détesté sa posture, depuis, c'est bête, mais j'ai un a priori.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant lady Hunt et Adèle et moi sont très féminins je trouve.

      Supprimer
  8. J'avais été déçue par Agnès Desarthes justement avec Mangez-moi mais tu me donnes envie de renouer avec l'auteur, d'autant plus que la comparaison avec Zola n'est pas pour me déplaire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il ne te décevras pas si tu te décides à le lire.

      Supprimer

Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh/ La vie d'Adéle d' Abdellatif Kechiche

J'ai lu Le bleu est une couleur chaude à sa sortie. J'ai attendu que ma fille me parle de La vie d'Adèle , en début de mois,...