mardi 6 octobre 2015

Le Prodige d'Edward Zwick

Le ProdigeCe film nous raconte l'histoire de Bobby Fischer, le prodige américain des échecs, qui très tôt se passionna pour ce sport, surpassa très vite son entraîneur et n'eut qu'un seul but, battre tous les russes et devenir champion du monde. Mais si Bobby Fischer est si célèbre, c'est aussi pour ses démons. Paranoïaque, il était persuadé d'être mis sur écoute par les russes et il enchaîna caprice sur caprice lorsqu'il fut  opposé à Spassky. 

Je ne suis pas fan de Tobey Maguire mais il est parfait dans le rôle de cet homme qui aurait bien besoin d'être aidé mais qui ne le fut pas, sans doute parce qu'il était un génie dans son domaine mais aussi parce que pendant la guerre froide, seule comptait la possibilité de battre  les russes dans un domaine qui était sans conteste le leur. Toby Maguire réussit à rendre Bobby Fischer, cet homme horripilant, fragile et donc un tantinet attachant puisqu'il ne maîtrise plus rien et qu'il devient, comme le signale le titre original, le pion sacrifié. On sort de ce film en se demandant comment les masses peuvent aduler des hommes aussi antipathiques que Bobby Fischer? Est-ce dû uniquement à un patriotisme exacerbé? Comme souvent dans les biopics, on peut reprocher un manque d'originalité dans la réalisation. 

Sortie: le 16 septembre 2015.

A conseiller à ceux qui ont aimé Le Duel d'Indridason
Merci à celle qui, comme d'habitude, m'a emmenée loin de mes sentiers battus.





15 commentaires:

  1. Genial ! Je veux le voir aussi !
    ADH

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Valérie, j'avoue que je ne connaissais la personnalité de Bobby Fisher, il était vraiment pas sympathique. Au bout d'un moment, cela m'a énervée mais j'ai apprécié le film car Tobey Maguire est bien. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que le personnage est agaçant. Mais par là-même, un peu fascinant aussi, je trouve.

      Supprimer
  3. Ta remarque est juste : les biographies au cinéma sont souvent plus soucieuses d'être fidèles aux faits que de création visuelle.

    RépondreSupprimer
  4. Moi j'aime beaucoup cet acteur et je l'ai trouvé remarquable dans ce film ! J'ai juste regretté que le contexte n'apparaissent pas davantage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve qu'on le sent tout de même assez lourdement présent ce contexte mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire.

      Supprimer
  5. Les joueurs d'échec de compétition sont assez fascinants, j'amagine qu'il y a de quoi faire des caractères au cinéma !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait, et celui-ci plus encore.

      Supprimer
  6. Je compte lire le Duel prochainement, je dois être honnête, tout ce qui tourne autour des joueurs d'échecs me met assez mal à l'aise car souvent ils sont représentés dans le côté le plus sombre de leur intelligence. Et j'aime encore à croire que ce n'est pas que cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends mais en même temps, ils fascinent. Dans ce film Fischer est présenté comme un monstre mais attachant car on comprend qu'il n'est pas responsable. Spassky est lui présenté comme très humain.

      Supprimer
  7. Ma réponse à ta question : mais parce qu'il était un génie !!!
    Tordu, malade, paranoïaque... mais sur l'échiquier, quel talent !
    Et pour compléter, sans doute aussi parce qu'il était un symbole pour l'Amérique, en pleine guerre froide, sur le terrain jusque là dominé par les russes. Il faut que je vois ce film ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est certain, il est tombé dans la bonne ou plutôt pour lui, la mauvaise période.

      Supprimer

[parenthèse] les séries/ feuilletons et moi

Les séries, on peut dire que je suis tombée dedans quand j'étais petite. J'ai l'impression d'avoir presque tout vu de celle...