mardi 27 février 2018

Une longue impatience de Gaëlle Josse (RL janvier 2018- n°4)

... une voix intérieure qu'elles tentent de tenir à distance, de museler, leur souffle que jamais elles ne cesseront de se tourmenter pour l'enfant un jour sorti de son flanc. 

En lisant vaguement, pour ne pas trop en apprendre, les résumés de ce roman, je m'en étais fait une idée toute fausse. Certes, c'est l'histoire d'une femme qui pleure la disparition de son fils, mais pas sa mort. Un beau jour, frappé par le mari de sa mère, il est parti sans laisser de mot. C'est donc un roman de l'attente, comme l'évoque si bien le titre, mais c'est surtout pour moi le récit d'un double amour, l'amour d'une femme pour un enfant qu'elle n'a pas su garder près d'elle et celui d'un homme pour une femme, un amour qui date de l'enfance, mais qui ne s'étend pas au premier enfant de cette femme. 
De Gaëlle Josse, j'ai beaucoup aimé Nos vies désaccordées mais pas Le dernier gardien d'Ellis Island. J'aime sa plume, aucun doute là-dessus mais parfois, elle ne me suffit pas. J'associe ses textes à de l'épure et à de la délicatesse, que j'ai retrouvés ici. Je vais situer ce roman entre les deux précédemment cités sur l'échelle de mes goûts. Il m'a fallu arriver à la moitié du roman pour commencer à l'aimer. Pendant les cent premières pages, je me suis dit que non, ça ne le faisait pas, que je n'entrais pas dans ce récit. Je n'aimais pas les lettres écrites au fils et je m'ennuyais. Et ce sont les hommes qui m'ont gagnée à leur cause, comme cela avait été le cas avec Nos vies désaccordés. Etienne, ce mari qui n'a pas été à la hauteur de l'amour qu 'il porte depuis toujours à Anne, mais qui pourtant, l'a attendue avec une patience infinie, est un beau personnage d'homme, complexe comme je les aime. Et Louis, ce garçon qui part, qui n'est que peu présent mais qui traverse ce roman de part en part, a pris le relais. La scène finale m'a tout à fait cueillie, la gorge serrée et je me suis dis que, finalement, ce sont ces deux hommes-là m'avaient fait aimer ce roman. J'aime refermer un roman avec une image forte. Ici, impossible qu'il en soit autrement. Et il y a cette idée, lancinante, que nous sommes finalement toujours seuls:
Je ne sais s'il pense à mes absences, à mes secrets qu'il respecte sans trop les deviner. A cette grotte où nous vivons seuls, où personne ne peut entrer, à cette part obscure et inavouable que nous portons en nous.
Asphodèle et Eimelle ont beaucoup aimé. 

Publié en janvier 2018 chez Notabilia. La double couverture est superbe. 

Merci à l'auteure (pas pour l'envoi du roman que j'ai acheté). La rencontrer, c'est découvrir une femme profondément gentille et tournée vers les autres. C'est ce qui m'a donné envie d'ouvrir un autre roman d'elle après ma première déception.
A conseiller pour se réconcilier (lentement mais sûrement) avec les hommes. 

20 commentaires:

  1. J'ai aimé tout ce que j'ai lu de Gaëlle Josse jusqu'à présent ; le thème de celui-ci me fait hésiter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'il faille hésiter à cause du thème. Moi aussi, j'hésitais mais parce que je n'avais pas compris ce thème.

      Supprimer
  2. Je te rejoins totalement! J'ai beaucoup aimé Les heures silencieuses, Nos vies désaccordées mais pas trop Le dernier gardien... ça fait vraiment longtemps que j'ai lu un de ses romans. Ce sera l'occasion de me relancer avec celui-ci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant parce que j'ai l'impression que Le dernier Gardien avait mieux marché que les autres.

      Supprimer
  3. Ha tiens , c'est incroyable, j'ai adoré nos vis désaccordées mais suis resté un peu mitigé sur le dernier Gardien...comme toi !
    Il est dans ma PAL, il se fera lire tantôt...j'aime beaucoup Gaëlle Josse et je l'ai aussi rencontrée, ce qui est très rare pour moi de rencontrer des écrivains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi serait-ce incroyable, tu crois vraiment que nous n'avons aucun goût commun ;-)?
      Ce qui est surprenant en effet, c'est que j'avais l'impression que tout le monde avait aimé Le gardien à sa sortie et je découvre que ce n'est pas du tout le cas.

      Supprimer
    2. j'avais aimé le Gardien, mais pas autant que d'autres titres de Gaëlle. D'ailleurs son très court texte sur shubert , un été à 4 mains est vraiment bien !!
      On a parfois les mêmes goûts mais pas souvent...parfois tu me fais penser à Marie (tu sais si elle vit encore ???) avec tes goûts...:D

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup la plume. Et la personne aussi (J'ai eu l'occasion de la rencontrer egalement).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est difficile de résister à la personne, je crois.

      Supprimer
  5. Une plume que j'aime beaucoup aussi, j'ai apprécié celui là (et Le gardien aussi!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL me semble que Le gardien est tout de même à part.

      Supprimer
  6. Tu as bien fait de persévérer après 100 pages décevantes finalement. Je n'ai jamais lu Gaëlle Josse mais comme je te fais confiance les yeux fermés, si je devais la découvrir un jour ce serait avec Nos vies désaccordées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je t'avoue que je ne suis pas certaine de te conseiller cette auteure.

      Supprimer
  7. Ce livre semble faire l'unanimité. C'est incroyable et chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, moi je n'ai pas tout aimé quand-même. je crois que les autres sont plus enthousiastes que moi.

      Supprimer
  8. Une lecture et une fin que j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors moi, il y a des éléments que j'ai adorés dans la fin et un manque de réalisme (à mon goût) quo m'a d'abord gênée mais j'ai fini par l'envisager comme une sorte de conte (c'est quand-même Pénélope qui attend son Ulysse, cette femme).

      Supprimer
  9. je n'ai jamais lu cet auteur mais ce livre sera ma prochaine lecture. J'ai hâte !

    RépondreSupprimer

La remise des romans

La semaine dernière, c'était le grand jour, nous remettions les romans aux élèves ! Nous avions prévu deux heures pour leur lire des...